A propos de la reproduction classique


La levure de vin avec son aptitude naturelle d’échanger des matières génétiques est capable aux techniques de reproduction classique, de la même manière que les plantes se reproduisent depuis la naissance de l`agriculture. En particulaire, la reproduction classique implique la fusion de deux membres d`une espèce (plante, levure ou animal) avec un ou plusieurs caractéristiques différents et souhaitables, pour créer un hybride présentant ces mêmes caractéristiques. Il faut souligner que la reproduction classique ne comprend pas la manipulation directe de la matière génétique; par conséquence les organismes cultives de manière classique sont classifiés comme des organismes non génétiquement modifies (Non OMG).

La reproduction classique n´exige que la capacité d`identifier les caractéristiques d`intérêt dans un organisme, ensuite la réussite de la fusion des ces caractéristiques et enfin l`isolement de l`hybride descendant ayant les gènes désirés. Aujourd’hui, a cause de l`utilisation répandue de la reproduction classique un grand nombre des choses très familières ils sont crées: l`agriculture moderne, les plantes et les animaux domestiques, toutes les races de chiens et de chats et la plupart des souches de levure industrielles couramment utilisées.

Renaissance yeast utilise la reproduction classique pour développer ses souches qui empêchent la formation de H2S. Pour cela, on réalise la fusion avec une levure parentale unique, qui empêche la formation de sulfure d hydrogéné avec des souches variables des levures de vin industrielles. Cette levure était isolée naturellement du moût de raisin Lambrusco dans un vignoble d`Emilie Romagne en Italie.

Apres avoir identifie les hybrides empêchant la formation de sulfure d’hydrogène, le croisement se répète avec la souche industrielle parent (rétrocroisement), tout en maintenant la caractéristique qui empêche la formation H2S. Depuis plusieurs rétrocroisements, ce processus produit une souche de levure finale non OMG, ayant les mêmes propriétés que le parent, sauf qu’elle empêche la formation de H2S. Grâce à cette méthodologie, nous avons actuellement développé une exclusive famille de souches, qui empêchent la formation de H2S, et collectivement sont idéales pour être utilisées dans une ample variété de vins.

La Fusion de la Levure


Dans la nature, la levure de vin (Saccharomyces cerevisiae) contient généralement deux groupes de chromosomes1 (connus sous le nom de diploïdes - 2n, et sont comparables aux chromosomes humaines et d’autres organismes similaires). Avoir de copies dupliquées de chaque gène est un avantage pour les levures car elles se protègent de mutations génétiques délétères. En plus, la biodiversité augmente et aide l’adaptation des levures aux conditions climatiques changeables.

Toutefois, dans certaines conditions –comme la restriction des nutriments – la levure peut subir une méiose (un type de division cellulaire) pour entrer dans un état avec un seul groupe de chromosomes (appelés haploïdes – n) qui sont semblables aux gamètes humains (les spermatozoïdes et les ovules). Similaires aux gamètes humains, les cellules de levure haploïdes peuvent être de deux sexes - a ou A – et une cellule de chaque sexe est nécessaire pour former une nouvelle cellule diploïde qui combine la matière génétique des deux cellules « parents ».

Dans le cas de tous ces organismes sexuellement reproductibles, cette fusion offre un moyen naturel pour les cellules individuelles d’échanger matière génétique et de produire des descendants hybrides qui combinent plusieurs caractéristiques différentes. Cela augmente la biodiversité et favorise la production des “descendants” avec une meilleure capacité pour survivre aux conditions défavorables ou variées.

Remarque : La caractéristique exclusive qui empêche la formation de H2de nos levures de vin exclusives et en cours de brevet a été découverte par le Dr. Linda Bisson et son équipe de recherche du Département Davis de viticulture et d’œnologie de l’Université de Californie. Cette recherche a été financée par la American Vineyard Foundation et brevetée et protégée par l’Université de Californie.